La Brasserie Georges, une épopée dans l’histoire de la restauration lyonnaise

#emploi #extra #serveur #intérim #bouchon #brasserie #cuisinier #restaurant


Vu 269 fois

 

Dans le milieu de la restauration lyonnaise, la Brasserie Georges trône parmi les établissements les plus historiques. Quand on est acteur du recrutement, intérim ou non, dans ce secteur de la restauration, on ne peut QUE saluer un restaurant de ce genre ! Présentation.

Brasserie Georges, qui es-tu, ô restaurant historique de la région lyonnaise ?

La Brasserie Georges et ses 183 ans de savoir-faire... une ins-ti-tu-tion ! Restaurant parmi les plus réputés de la région, on pourrait l’imaginer de création lyonnaise. Que nenni ! C’est un Alsacien, Georges Hoffherr, qui ouvre les portes de cet établissement en 1836, s'appuyant sur une immense pièce de 600 m² et une bonne bière bien fraîche. Le restaurant ne date pas d’hier, il a traversé deux guerres mondiales, une royauté et quatre républiques. Bientôt deux siècles d’existence… Elle en a vécu des choses cette brasserie, et elle en a reçu du monde !

Un restaurant, une devise : « Bonne bière & bonne chère ! »

Bonne bière & bonne chère, c’est la devise de la maison. Lorsqu’en 1857, la gare de Perrache ouvre ses portes, c’est un bond en avant que fait la brasserie. A 50 mètres de la gare, elle voit naître une nouvelle clientèle. Quoi de mieux qu’un bon repas carnivore entre deux trains ? Connu de bien des amateurs de gastronomie, elle est le rendez-vous de restauration rapide incontournable de la ville. Les cuisiniers transmettent les plats aux serveurs – recrutés en intérim ? qui sait ! 😉 – qui s’activent à travers la grande salle de réception, bières et choucroutes à la main. Autour d’eux, l’atmosphère est conviviale et décontractée. L’ambiance brasserie.

Brasserie Georges, une institution de la restauration à Lyon

Un restaurant de tous les records

La Brasserie peut aussi se vanter d’une histoire bien remplie… En 1879, la Brasserie Georges et la Brasserie Rinck sont les premiers restaurants de la ville à faire fonctionner leur éclairage à l'électricité. Dans un autre registre, c’est en 1986 que la Brasserie entre dans le Livre Guinness des records, pour la plus grosse choucroute du monde. 2000 invités pour un plat d’une demi-tonne, de huit mètres de long pour plus d’un mètre de large. Parmi les ingrédients de ce plat titanesque, on ne compte pas moins de 1 070 kilogrammes de chou ! Non, la Brasserie est loin d'être un intérimaire des records !

Un souvenir plein d’étoiles pour les touristes, amateurs et professionnels du secteur

Dès sa création en 1836, le restaurant connait un franc succès. A toutes les époques, la Brasserie Georges demeure un lieu de rendez-vous. Nombreuses sont les célébrités venues manger « chez Georges ». Chacun sa table. Certains sont des habitués de la maison – comme Francisque Collomb, ancien maire de Lyon – tandis que d’autres viennent en visiter la grande salle peu commune… Entre deux bières, se distinguent, sur certaines banquettes, les plaques commémoratives de nombreuses célébrités de passage à la brasserie. Jacques Brel à la table 11, Paul Verlaine à la table 128, les Frères Lumières à la table 116, Michel Galabru, Ernest Hemingway, Jules Verne…

Des anecdotes qui font le charme du restaurant

Dans les anecdotes de célébrités, le peintre néerlandais Johan Barthold Jongkind aurait peint en 1876 le décor de la brasserie au dos d’une carte de menu en attendant sa commande. La peinture anticipée se trouve aujourd’hui au palais Saint-Pierre, à Lyon. Aussi, le poète lyonnais Jean Sarrazin aurait récité ses poèmes aux clients de la Brasserie en leur vendant ses olives de table en table. Oui, depuis bientôt deux siècles, il découle de cette Brasserie des évènements inoubliables, qui la rendent unique !

Des touristes prestigieux viennent en masse chez le restaurant de Georges

Une carte réputée pour ravir les amateurs de restauration

La carte, elle, a évolué avec le temps, mais certains classiques restent, comme l'expliquait Gérald Straga, chef cuisinier, dans les colonnes du Progrès en 2016 :

"Sur 40 plats proposés, nous en avons la moitié qui ne changent jamais : nos quatre spécialités de choucroute, le saucisson pistaché, l’andouillette, la tête de veaux… [...] Nos clients purs et durs commandent sans même regarder la carte. Et s’ils reviennent, c’est bien qu’ils ne sont pas déçus."

La Brasserie est un classique du secteur sur tous les plans : l'histoire, l'assiette... et jusqu'au recrutement, entre intérim et contrats longue durée !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !