Revenir à l’emploi grâce à l’intérim lyonnais en hôtel ou restaurant

#restauration #Hôtels #Hotellerie #recrutement #restaurant #Intérim #Lyon


Vu 108 fois

Chômage, recrutement : à Lyon, l’intérim dans les hôtels et restaurants de la ville permet de sortir du sans-emploi

Il n’est jamais facile de quitter une période de chômage. Entre la perte de confiance et la délicate situation à laquelle on est confronté, le retour à l’emploi est parfois chose ardue… Parmi les solutions existantes, il en est une particulièrement efficace, notamment en hôtellerie et en restauration : l’intérim.

Assurance-chômage et intérim : un impact sur la vie des hôtels et restaurants à Lyon

Chômage et contrats courts : la nouvelle réforme de l’assurance-chômage, dont le décret a été publié en juillet, semble mettre à mal ce mariage. Une façon de remédier à l’explosion de ces contrats de moins d’un mois qui représenteraient, aujourd’hui… sept embauches sur 10. D’après le ministère du Travail, sur les 20 dernières années, leur nombre aurait été multiplié par 2,5. Résultat, à partir du 1er novembre, date de la mise en vigueur de cette assurance-chômage new look, les entreprises de plus de 11 salariés enregistrant de fréquentes ruptures de contrats verront leurs cotisations augmenter. La restauration et l’hébergement sont évidemment concernés...

En région lyonnaise, on combat le chômage grâce au travail temporaire

Les restaurateurs et hôteliers doivent s'adapter

Et leurs patrons ne voient pas ces changements d’un bon oeil ! Il faut dire qu’on a généralement besoin de flexibilité dans les hôtels et les restaurants, que l’on a parfois du mal à recruter sur des métiers en tensions - des postes de serveurs, de chefs de rang, de maîtres d’hôtel.... Et que l’on n’a “pas vraiment besoin de complexifier une situation déjà complexe”, comme nous le confie un restaurateur à Lyon. “Que ce soit pour mes intérimaires, que m’envoie Adaptel Lyon ou mes besoins en extras pour des salons et des réceptions... J’ai juste l’impression qu’on me met des bâtons dans les roues !”

Des pratiques à éviter...

“Dans la restauration, il y a du travail ! Il ne devrait pas y avoir de chômage !” C’est le cri du coeur d’un patron de restaurant interrogé par Les Echos. Lui revendique carrément… de faire dans le travail au noir. Ce sont même ses serveurs ou ses cuisiniers qui le réclament afin de contourner les ajustements de l’indemnisation de Pôle Emploi. Une pratique qui prolifère, et qui risque de s’étendre un peu plus avec le durcissement des règles… L’équation est simple pour ces restaurateurs et ces candidats : il ne risque pas d’y avoir multiplication de ruptures de contrats… s’il n’y a pas de contrats.

Pourquoi l’intérim lorsqu’on veut retrouver un emploi dans un hôtel ou dans un restaurant à Lyon ?

Malgré ce contexte pas forcément évident, le travail temporaire reste une option idéale pour un Lyonnais qui chercherait à sortir du chômage. Déjà, parce que les recrutements sont légions dans l’hôtellerie et la restauration, à Lyon comme en France. Les missions sont faciles à trouver et la concurrence sur chaque offre bien plus réduite que dans d’autres secteurs. Un exemple ? La semaine dernière, il était annoncé que 2500 postes étaient à pourvoir dans les hôtels et restaurants alsaciens. Cette semaine, une directrice territoriale de Pôle Emploi dans le Sud-Ouest confirme que l’hôtellerie, la restauration, comme le tourisme sont les secteurs offrant le plus de postes et de missions en Hautes-Pyrénées. Demain… ce sera à Lyon ?

Le secteur hotelier et les tables de la région permettent de retrouver du travail

Le travail temporaire : une option pour le recrutement lyonnais

Pôle Emploi avait d’ailleurs sorti une étude très intéressante en 2018. Celle-ci annonçait la création de 137 000 postes dans notre secteur entre 2012 et 2022, soit 1,3% de hausse moyenne tous les mois. Elle soulignait aussi une attractivité grandissante : le nombre de demandeurs d’emploi aspirant à travailler dans un hôtel ou dans un restaurant devait, selon elle, augmenter de façon conséquente. Tant mieux pour les acteurs du recrutement ! Et tant mieux pour les futurs recrutés : s’ils peuvent profiter de l’intérim pour sortir du chômage, se former, acquérir de l’expérience, construire leur projet professionnel… Tout le monde est gagnant !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !